Compagnie Ribac-Schwabe

Les Inrockuptibles, semaine du 15 au 22 janvier

Les Rêves les plus fous

Qui est Fou ? Pop opéra de la Compagnie Ribac/Schwabe

Le compositeur contemporain François Ribac remet au goût du jour l'esprit du cabaret, cher à Weill et Brecht. La musique pop en prime. Fan de Martin Newell, ce grand alchimiste méconnu d'une pop anglaise aux arômes subtils, François Ribac réalise aujourd'hui son rêve avec Qui est fou ?, son dernier spectacle, où le pop singer incarne avec brio une captivante “voix off". Rien n'était gagné d'avance, à vouloir concilier son amour pour le minimalisme américain de Philip Glass et Steve Reich - reflété par ses précédents opéras de chambre Marguerite Ida et Helena Annabel, Un Demi-Siècle et Le Regard de Lyncée- avec celui d'une pop anglaise ciselée à l'extrême, entre XTC et les Highs Llamas.

Venu du jazz et de l'électro-acoustique, aujourd'hui compositeur et bassiste, François Ribac a imaginé cette fois de confier sa musique non pas à un unique clavier électronique mais à un ensemble de dix musiciens, le très énergique Herméneutique Orchestra. Chargé d'offrir un soutien efficace à cinq chanteurs, parmi lesquels la comédienne Eva Schwabe, compagne de Ribac (et protagoniste de leurs précédents Marguerite Ida et Helena Annabel et Un Demi-Siècle), et l'irlandais Cathal Coughlan, seconde pointure pop avec Newell et figure charismatique à la voix capiteuse du défunt Microdisney, ce groupe d'un nouveau genre pousse avec opiniâtreté sa mécanique bien huilée. " En réalité, je voulais écrire une comédie musicale, constituée de songs, précise Ribac, qui réunirait à la fois l'idée de la tradition pop anglaise et celle de la miniature, dans l'esprit des mélodies composées par Brecht et Weill. J'ai voulu que la narration passe aussi par le corps : donc dans la mise en scène de François Abou Salem, on trouve également deux acrobates".

Réputé pour la fantaisie et l'imagination débordante de ses spectacles, François Abou Salem, metteur en scène de Qui est Fou ?, a rencontré là un musicien qui associe l'art vocal à l'image. "C'est un langage constitutif des générations nées aux alentours des années 50 et 60, renchérit le musicien. J'aime l'esprit de la performance américaine, où la musique est l'un des éléments de réflexion de l'artiste. Par exemple lorsque le temps se ralentit, lorsque le geste sur scène se raréfie, du coup l'attention se reporte entièrement sur la musique - ce qui est particulièrement sensible chez Meredith Monk, Robert Ashley ou Laurie Anderson. Pour Qui est fou ?, j'ai conçu avec Eva Schwabe une série d'histoires qui déterminent la direction générale de l'ensemble ; le nombre de chanteurs, de comédiens, la prépondérance de certains rôles, l'emploi de la vidéo etc..."

Avec Qui est fou ?, François Ribac conjugue l'esprit du cabaret avec celui de la musique pop. Il électrifie la formation traditionnelle de ce type de musique apparu au cours des années 20, amplifiant cordes et vents, renforçant la percussion, le tout propulsé par la guitare et la basse électriques ; la voix en sort régénérée, lavée de l'encombrant vibrato et de tout affect, lyrique et pure.

Franck Mallet


En tournée à Reims (Opéra) le 18 janvier, au Blanc-Mesnil (Forum Culturel), le 1er février à Arlon (Maison de la Culture), Belgique, le 14 février : et à Esh sur Alzette (Théâtre) Luxembourg le 16 février.

CD maxi single Muséa.